TROP DU BLOG!


Uppsala et ses fameuses nations

Publié le 22 décembre 2014 par dans Calendrier de l'Avent Fatras Insolite Voyage 1

On a beau entendre parler de ces nations à tous les coins de rue, j’avais toujours pas vraiment compris le concept avant d’y mettre les pieds.

Premier contact, le rendez-vous à « Östgöta nation » pour les nouveaux arrivants. Bon, déjà je sais même pas prononcer cette chose, allez, on regarde bien la carte et hop on y va. Le bâtiment est imposant, quand enfin j’y arrive avec mon petit vélo. Oui au début je me perdais tout le temps dans la ville. Le dedans aussi est impressionnant. Un grand vestiaire à droite, un bar dans une salle à gauche, des tables, canapés. Un joli café, quoi. On peut apercevoir la cuisine et les gens qui s’y affairent. Tiens, un escalier intrigant qui descend, là. En face de l’entrée principale par contre ce sont de grands escaliers en pierre qui mènent à une imposante salle de bal. A côté une charmante bibliothèque qui sent bon les siècles. Tout respire les années tout en étant entretenu impeccablement. L’escalier qui descend, je l’emprunterai plus tard. Il cache le pub, ouvert le soir. Une sorte de labyrinth de cavernes faiblement éclairées. Le tout en bouche un sacré coin au pauvre ignorant qui y met les pieds pour la première fois sans avoir été averti. Et ceci est la première nation que j’ai visitée. Parce qu’évidemment il n’y en a pas qu’une. Il y en a 13, qui correspondent à la plupart des régions de la Suède. Les étudiants s’y réunissaient avant selon le lieu où ils avaient grandi. Maintenant elles ne gardent que le nom de ces régions (que je ne peux pas encore toutes pointer sur la carte) et les décorations, les peintures. Le lieu d’origine des étudiants n’a plus d’importance (ou presque !), c’est selon les goûts et les couleurs, mais le coeur y gagne quand même encore souvent, ou est-ce la flemme de choisir ?

Laquelle préférer?

Deuxième semaine à Uppsala. Semaine d’orientation ou autrement dit de présentation des nations. Des événements toute la semaine dans chaque nation pour des nuées d’étudiants d’échange afin qu’ils se fassent une idée et choisissent une nation. Faute d’avoir à chaque fois été présente demi-heure avant le début, j’ai dû renoncer à la plupart des événements auxquels j’aurais voulu participer à cause de la foule. M’enfin j’en ai fait quelques-uns. Malgré tout à la fin de la semaine, j’aurais bien aimé avoir un choixpeau magique, cela m’aurait agréablement facilité la tâche. Parce qu’il faut choisir. L’inscription qui coûte autour des 30 frs par semestre (plus ou moins, selon la taille de la nation et la taille de l’éventail d’activités proposées) offre certains avantages non négligeables dans la nation en question. Notez qu’on peut faire partie de plusieurs nations. Cool, hehe.

Le choix suivant les activités proposées

Certaines proposent des soirées boîte de nuit une fois par semaine (dans ces espèces de châteaux-manoirs avec ces vieilles peintures accrochées aux murs, ça donne un certain style tout de même il faut l’avouer), d’autres sont plus originales avec des soirées lan ou des orchestres ou autre whiskey testing club, si si. Mais la plupart offrent à manger, que ce soit à midi et le soir durant la semaine ou fika le weekend (on va résumer fika en appelant ça les 4 heures), toutes ont aussi des pubs ouverts le soir. La plupart proposent des logements dans les vieux bâtiments proches des nations, ou même ailleurs dispersés dans la ville, évidemment avec de longues listes d’attente. Il y a minimum un choeur dans chaque nation, des soirées jeux sont proposées ici ou là, souvent il y a même possibilité d’emprunter un jeu le soir au pub c’est super. Bon et j’en passe hein, des groupes de théâtre, de spex (encore une spécialité intraduisible, sortes de sketchs ou farces), des clubs de sports en veux-tu en voilà, des clubs de photo, de danse. Et après il y a les événements périodiques. Les restaurants, les repas festifs dans les grandes salles (les « gasque ») ou les bals dont les 375 ans de ma nation fêtés sous forme de bal au château d’Uppsala. Ce qui signifie que tout étudiant qui se respecte possède un costard ET un frac ou de nombreuses robes de soirées et robes de bal (assez pour même en prêter aux étudiants d’échange qui débarquent) et aussi, cette espèce de chemise de nuit pour le weekend de Lucia, évidemment… Vous imaginez l’étudiant de biologie standard de Lausanne avec un frac ? Oubliez tout ça, ici tout le monde a régulièrement la classe, et pas que les hautes écoles de commerce. Mais le plus drôle c’est de voir tous ces gens le soir de ces gasques avec leur robe de soirée ou leur costard serré, tentant chaotiquement d’aller jusqu’à leur nation sur leur vélo. Parce que Uppsala. Donc vélo, coûte que coûte. Mais les nations diffèrent aussi par leur taille, ont différentes réputations. Cela signifie que quand les membres de la nation de Stockholm s’habillent chic par exemple, eh bien ils sont drôlement plus chics (ou plus bling bling plutôt) que toutes les autres nations. Avec des hauts talons format aiguillettes, alors que dans la mienne, les ballerines c’est plus qu’acceptable.

La plus grande nation : Norrlands. Juste à côté de la rivière, imposante.

La plus grande nation : Norrlands. Juste à côté de la rivière, imposante.

Une nation chacun, alors ? Comme une famille ?

Là les règles divergent un peu d’Harry Potter, car en effet il est difficile de ne pas comparer tout ça aux maisons dans Harry Potter pour moi en tout cas qui ne connais rien d’autre de similaire et même pour ceux qui connaissent les systèmes de sororités ou fraternités (cf. le blog de ma chère copine Tahni qui explique d’ailleurs sûrement mieux que moi touuut ce tralala). Elles divergent dans le sens où une fois que tu fais partie d’une nation, tu obtiens des réductions dans la tienne, mais tu as accès à toutes les autres quand même. Les avantages sont l’entrée gratuite le soir du club dans ta nation, ou encore buffet de gaufres à moitié prix ou priorité pour les événements très prisés etc, etc. Mais sinon tu peux rentrer partout et c’est de toute façon moins cher que tout ce que tu trouves en ville. Les événements de la journée sont même ouverts de manière générale à toute la population. Les soirées et les événements spéciaux par contre sont réservés aux étudiants qui ont une carte membre (de n’importe quelle nation). Donc plutôt plusieurs sentiments d’appartenance, qui se font surtout sentir si l’on fait partie d’un club spécial au sein d’une nation où que l’on y travaille régulièrement, la nation la plus petite ayant 600 membres déjà.

C’est a qui toussa?

C’est qui qui gère ? C’est qui qui organise ? C’est à qui ? A Quette ? Non. Aux étudiants. C’est tout eux, c’est tout nous. Tu t’inscris si tu veux travailler, t’es payé en nourriture et boissons et avec un minimum de salaire qui reste au niveau symbolique, mais l’ambiance est telle que c’est normalement pas un problème de trouver des travailleurs. La plus grande nation comptant plus de 7’000 membres, il y a de quoi trouver des personnes motivées et avec du temps à disposition dans le tas. Un certain nombre de « curator » sont élus chaque semestre, les chefs des nations avec l’important « inspector » que je sais pas trop ce qu’il représente, quelque chose comme chef suprême j’imagine et qui lui a un certain âge par contre. En gros il y a une organisation d’enfer et ça roule depuis 300 à 400 ans en arrière.

C’est vraiment dur de comparer, d’expliquer ces nations. A Lausanne il y a Satellite ou encore Zélig qui arrivent quand même au mollet d’une nation, c’est déjà pas mal (mais il y en a 13, rappelons-le). Et bien sûr il y a les associations d’étudiants. Mais tenez-vous bien… Uppsala a aussi ses associations d’étudiants par faculté, en plus du système des nations ! Mais oui, bien sûr ! Parce qu’encore une fois, ils sont fous ces Suédois.

Ma nation

Bon et alors Lisa, t’as choisi comment ta nation ? Question récurrente. Eh bien j’ai choisi la plus jolie. Un mini-château à la Poudlard. Tout est en bois foncé à l’intérieur avec des fresques pour chaque ville de la région de Västgöta dans la grande salle. Je pensais que ça serait plus facile à prononcer que d’autres (du style Gästrike-Hälsinge que l’on surnomme GH parce que faut pas exagérer non plus) mais je me suis vite faite ramasser par les vrais Västgötiens de ma nation. Le Suédois recèle de nombreuses surprises quant aux prononciations. Après 4 mois je vous rassure, quand je dis de quelle nation je fais partie on me comprend enfin et je n’ai plus besoin d’avoir recours au « VG » sauveur. Il va me falloir encore quelques mois pour comprendre comment vraiment prononcer le mot « Schweiz » par contre. J’ai tout entendu, et les Suédois eux-mêmes n’ont en réalité aucune idée : svéytch, ou moins souvent chvéytch, ou encore moins souvent chvéytz (qui pour moi est la prononciation qui a le plus de sens -.-). Après avoir cuisiné quelques Suédois, il paraîtrait alors que la différence entre le ch et le s n’est pas très importante. Du coup je sais toujours pas le dire. C’est quand même les bras ouverts que la nation de Västgöta m’a accueillie ainsi que son choeur de joyeux lurons. Allez, un petit semestre de plus dans cette joyeuse atmosphère !

Ma nation : Västgöta. Remarquez la petite gargouille, raison supplémentaire qui m'a poussée à joindre cette nation.

Ma nation : Västgöta. Remarquez la petite gargouille, raison supplémentaire qui m’a poussée à joindre cette nation.

Légende

Dernière petite anecdote historique, les nations n’ont pas toujours été les joyeux saumons qu’elles sont aujourd’hui (merveilleuse expression suédoise). Apparemment les étudiants se réunissaient auparavant sous forme de gangs et se foutaient sur la gueule dans les rues. Jusqu’à ce que l’université en ait ras le bol et mette fin à toute cette violence. Evidemment deux nations se haïssaient plus que les autres et ont récidivé malgré tout. C’est ainsi qu’en 1805 elles furent forcées d’être réunies sous le même toit et de ne former plus qu’une seule et unique nation. Södermanland et Nerikes devinrent ainsi Södermanlands-Nerikes nation, plus couramment connue sous le nom de Snerikes et entre nous de snickers. La fine ruse a donc fonctionné ! Hourra !